• 9/6/16

    Une soirée sans pluie ni vent, comme l'été des autres années,
    une tablée bonne chair, bons vins, et bon esprit.
    Au dessert, concert improvisé de l'un des convives, bluesman international,
    la musique et la voix frissonnent la nuit.
    A 23h13, la poésie de Coco :
    J'ai l'impression que quand tu joues du piano, tu ne mourras pas.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :