• Je suis quelqu'un de très possible

    (Yves Artufel)


    2 commentaires
  • Visite du soleil
    nous l'avions cru perdu
    écourtée
    par la nuit qui tombe
    à peine le jour levé


    votre commentaire
  • La lune pleine
    derrière les nuages blancs
    comme un voile de neige

    (l'idée d'y écrire les premières traces de pas)


    votre commentaire
  • Découvrir que Deezer me connaît si bien
    (Big Brother watching you dans le plus subtil de ton cœur)
    Chercher pour le scénario en combien de temps un tracteur va de Tuisper aux calanques de Cassis (4h)
    Tête levée, tout le ciel disponible en mouvance d'étourneaux
    A l'atelier d'écriture, une poésie du hasard :
    Garder un amour secret
    c'est comme se ressourcer au jardin des petits riens


    2 commentaires
  • Brouillard et grisaille
    au matin la route nationale
    celle du travail
    à quelques mètres devant la voiture
    un écureuil roux traverse la route
    pas plus pressé que moi


    votre commentaire
  • Dans une autre vie
    je serai toi
    en plus gentil


    votre commentaire
  • Se détendre… se laisser absorber par le silence entre les mots

    (tarot Osho, la vacuité)


    votre commentaire
  • Paul Bismuth, le retour.

    Prudence fillette,
    te retrouver dans les bras d'un homme,
    c'est être entre ses mains.

    (Une conversation de femmes à propos de la 5ème dimension, de la magie, du hasard)
    Cesser de s'étonner,
    jamais de s'émerveiller.


    votre commentaire
  • (lue dans le journal)

    Ce week-end, j'aimerais vraiment me poser et regarder un film avec mon mec.
    Quelqu'un pourrait me conseiller un bon mec ?


    3 commentaires
  • La petite route de Tuisper
    deux rapaces
    dans le matin et le vent
    emportés et planants


    votre commentaire
  • 6000 fillettes excisées chaque jour


    votre commentaire
  • La lettre N est le symbole mathématique de l'infini, le nombre 8 symbolise également l'infini.

    La nuit multiplie l'infini.

    Allemand : nacht = n + acht (8), Anglais : night = n + eight (8), Espagnol : noche= n + ocho (8), Français : nuit = n + huit (8), Italien : notte = n + otto (8), Portugais : noite = n + oito (8)

    (ne pas mourir le matin, disait ma mère, on en apprend tous les jours (d'ailleurs elle est partie une nuit))


    votre commentaire
  • Le sac de noix offert par mon hôte poétique à mon départ de Saint-Martin d'Hères
    Un sourire au téléphone qui dure tout le jour
    Le spectacle émouvant où m'embarque la fée du bureau d'à côté venu me chercher à la gare de Zaï (un texte de Quignard joué dans une boulangerie (typique de la cinquième dimension))
    La rigolade autour de la table ronde avec Rocky et Coloc Bingo, sur le fait qu'ici, les bouteilles, nous ne les jetons pas à la mer.
    Un poème lu à 300 km/heure

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • (vers la cinquième dimension et au-delà)

    Un poète ami rencontré dans le bus qui va de Tuisper à la gare, nous prenons le même train pour Lyon.
    Croisement d'un autre poète ami qui attendait le premier à la gare de Lyon où je transite.
    Une poète amie, amie du précédent, prend le même train que moi pour Grenoble.

    Tous ces poètes amis en vadrouille qui prennent les mêmes bus, les mêmes trains, sans qu'aucun n'aille au même endroit ?


    votre commentaire
  • Découvrir, définir, circonscrire, un mécanisme qui pourrit la vie
    peindre ses ongles en violet
    ne pas lire les journaux
    boire un thé avec Rocky, se souvenir du monde trente ans en arrière
    écouter du blues avec le son
    lire un poème à voix haute

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • un livre impossible à lâcher
    la route qui défile, du blues à la radio
    l'un de ces croisements où l'on parle toute la nuit


    votre commentaire
  • Elle a vingt ans, rouge à lèvres et hauts talons
    l'été, une tablée à la terrasse d'un café
    elle ne quitte pas ses lunettes de soleil
    ni des yeux le beau jeune homme de seize ans
    à quelques chaises en face d'elle
    Elle se lève, s'en va
    glisse un papier dans la main du garçon
    juste dix chiffres
    elle vient de rentrer chez elle quand le téléphone sonne
    il a également une belle voix :
    - Allo ? Ici c'est Superman !
    Elle l'aimera longtemps.


    votre commentaire
  • Une chose plaisante
    la lumière pastel du matin
    une chose déplaisante
    la langue de bois à la radio
    une chose très plaisante
    partager un repas de rois du monde
    une autre chose plaisante
    aller faire un tour sur le site de la revue Ce qui reste
    une chose plutôt plaisante
    réfléchir à l'immensité de notre insignifiance


    votre commentaire
  • Tablée du soir,
    feu de bois et soupe polonaise épicée,
    (où l'on apprend (Coloc Bingo est une encyclopédie) que le piquant des piments provient d'une molécule et qu'ils sont classifiés selon sa concentration)
    lumière douce, amicale,
    un contretemps logistique nous fait diner à l'eau,
    c'est ma tournée, je sers tout le monde, la carafe est vide,
    je recule ma chaise
    (c'est une loi de l'univers, celui qui vide la carafe va la remplir),
    les trois hommes qui sont à la table
    dans un ensemble parfait
    avant que je puisse le faire
    se sont levés et tendent la main pour prendre la carafe des miennes
    tout le monde rigole
    n'empêche que
    les femmes autour de la table se regardent
    souriant à l'élégance de la compagnie


    2 commentaires
  • (voyage low cost)

    Lumière d'après-midi dans le patio du Patio,
    en levant la tête, au dessus des murs,
    le haut de l'immeuble du théâtre voisin,
    deux longs bâtiments jumeaux,
    l'un coiffé par des nuages gris,
    l'autre baigné de soleil,
    l'ensemble de couleur ocre,
    j'y vois deux campaniles mexicains –
    avec l'antenne de télévision comme une croix.


    votre commentaire
  • Ce qu'il faut avoir bien fait dans une journée

    mangé
    ri
    aimé
    avancé


    votre commentaire
  • Il pleut tout le jour
    l'eau descend de la colline
    elle forme des ruisseaux qui ravinent le chemin de terre
    il devient fleuve jaune
    avec le ciel brouillé
    le vert arrogant de la prairie
    et la douceur de l'air
    un esprit romanesque
    se verrait au bord d'un fleuve d'Asie
    espérant un amant


    votre commentaire
  • Une invitation à un concert de Marianne Faithfull
    une séance de travail sur le scénario par skype-cette-époque-est-formidable (Solal, bébé du monde nouveau, tranquille)
    une opération commando à travers Tuisper pour trouver un dictaphone qui fonctionne
    un intense entretien de trois heures avec les personnages du prochain livre (cinquième dimension)
    en Seine et Marne deux cents hommes cherchent un gros chat.


    votre commentaire
  • C'est la journée de la gentillesse (une commémoration ?).
    Une brassée de vendangeurs Polonais joyeux et généreux en visite surprise pour la tablée du soir.
    Juppé à la Une des Inrockuptibles
    La sonde Philae pèse 100kg, et 1g sur la comète Tchouri (tout est relatif).
    L'un des visiteurs doctorant a produit une thèse sur la minéralisation de la prostate.


    votre commentaire
  • projeter l'hiver
    comploter son solstice
    allumer la lumière


    votre commentaire
  • On ne s'attendait pas à moins
    le ciel gris la pluie
    d'ailleurs il n'y a aucun proverbe commençant par 11 novembre au balcon
    dans une conversation de femmes
    maintenant ou jamais dit-on


    2 commentaires
  • Par les fenêtres la bruine, le brouillard
    sur le canapé un fils sieste bienheureux
    à la table ronde des convives hilares
    guirlandes et lampes en couleur
    la lumière du dedans change la saison


    votre commentaire
  • Un exemple ordinaire mais qui donne bien l'idée.

    Tu cherches un lit, tu regardes sur le bon coin.
    Comme tu aimes la vie simple, tu regardes d'abord dans ton village.
    La première annonce que tu vois est exactement ce qu'il te faut, à un prix solidaire.
    Tu vas le voir et tu l'achètes.

    #unautremondeestla


    votre commentaire
  • Rafaël Correa, le président équatorien qui construit le monde nouveau, tranquille dans son coin.
    (abolition de la notion d'étranger dans la constitution, par exemple)
    Pierre Carles (bonne place à mon panthéon, auteur du film Volem rien faire al païs) qui est le seul journaliste à parler de Rafaël Correa.
    Le bel Edgar Morin et son article dans le Monde des idées où il analyse comment Rémy Fraisse a été victime d'une guerre de civilisations entre le monde nouveau qui résiste et l'ancien qui détruit.
    Dam et la rigolade du jour : Quand un homme te dit qu'il va réparer l'évier de la cuisine, il va le faire. Ce n'est pas la peine de le lui rappeler tous les six mois.


    votre commentaire