• Le comble vécu du nomadisme moderne

    Se servir de la webcam comme miroir,
    pour se démaquiller.


    3 commentaires
  • Je kiffe les statistiques

    En 1978, un SMIC valait 1000 demis de bière ;
    en 2013, un SMIC ne vaut plus que 450 demis.

    (sans doute pour empêcher les pauvres de boire)

     


    votre commentaire
  • Paname – Châtelet – 19h

    Un long couloir en travaux,
    un embouteillage d'humains,
    aucun échappatoire,
    entre deux murs,
    des rangs de six environ,
    quatre dans un sens, deux dans l'autre,
    nous marchons pas à pas, serrés les uns contre les autres,
    de toutes les couleurs,
    obligés de se toucher,
    regardant ceux que l'on croise,
    parfois un sourire,
    lente foule des mémoires,
    on ne sait vers quel exode ou quel abattoir.
    A la fin du couloir et de la scène,
    les plus tenus d'entre nous
    desserrent leur cravate.


    votre commentaire
  • Une rue de Paname – 14h
    (merci pour la poésie)

    Un pétillant jeune homme, papier et stylo à la main :
    - Excusez-moi Madame, je peux vous embêter ?
    - Ben… Non !
    (qui répondrait oui à une telle question ?)
    - Bon, mais c'est la journée du câlin ! On fait un câlin ?
    - Ça d'accord !
    Enlacement humain dans la rue.
    (guillerette repart elle)


    2 commentaires
  • Les artistes sont les témoins de l'invisible
    (Michael Lonsdale)


    2 commentaires
  • Même si tu en as envie, fais-le !
    (Frangine – 23h52)


    votre commentaire
  • Rappel

    Mes sentiments forment mon regard


    votre commentaire
  • Déception

    A mes yeux
    l'histoire de Huit salopards
    verbeux


    Consolation

    Il faut qu’on ne puisse plus distinguer ce qui est donné à entendre de ce qui est donné à voir. Que les yeux ne soient plus qu’un appendice de la parole. Que les yeux puisent dans toute la lumière ambiante et que la parole ne soit plus qu’un fruit déposé dans cette lumière.

    (Patrick Dubost)


    votre commentaire
  • Rire, what else ?


    votre commentaire
  • Paname - 22h - ligne 1

    C'est tendu,
    forcément,
    deux militaires armés face à chaque porte
    de chaque wagon de la rame,
    forcément,
    c'est tendu.


    votre commentaire
  • Battre le fer pendant qu'il est chaud pour devenir forgeron


    votre commentaire
  • Alors ce remède ?
    De bonne femme ou de bonne fame ?


    votre commentaire
  • Vous la trouverez en quête
    de sa propre légèreté


    votre commentaire
  • Let's dance, put on your red shoes and dance the blues


    votre commentaire
  • Parce que la technologie va sans cesse s'améliorer et que ce sera sans cesse plus facile et sans effort et de plus en plus commode et de plus en plus agréable de rester assis, seul, avec des images sur un écran fournies par des gens qui ne nous aiment pas mais qui en veulent à notre argent. Il n'y a rien de mal à ça à petites doses mais si ça devient notre régime de base quotidien, on va mourir.

    In The End of the Tour de James Ponsoldt


    votre commentaire
  • Sous la pluie noire, nous resterons de joyeux héliotropes.
    […]
    Nous ferons un pas de côté, nous prendrons le temps d'une respiration suspendue, le temps d’un mot, le temps de l’écrire, le temps que tu le lises et que, peut-être, l’ombre d’un sourire se pose sur tes lèvres.

    Nous prendrons la parole pour la multiplier parce qu'elle est le cœur de la vie pensante.

    Nous négligerons d'obéir aux idiots et ils en deviendront transparents.

    Nous aurons le rire philosophe, pour dissoudre la bêtise au front de taureau, et le geste généreux pour désarmer l'ignorance.

    Nous serons parfois faibles et ce sera notre légèreté.

    Ceux qui hurlent et bavent, les furieux hommes sans mots, nous les prendrons par la main, nous les emmènerons s'asseoir sur un banc public, se reposer un instant, se regarder dans un miroir de lumière, et à la fin, retrouver peut-être la parole.

    Nous serons artistes parce que les artistes parlent à leurs égaux, parce qu'ils fabriquent égalité.

    Nous entendrons en notre for intérieur, insistant et doux, le murmure des invisibles, la voix de ceux qui n'ont pas de voix, et ce doux murmure liquide se glissera là où nous ne pouvons pas regarder, et rafraîchira nos vieilles blessures.

    Nous serons les oiseaux de Pol Bury que le poids de la Terre n'empêche pas de voler.

    Nous resurgirons.

    Michel Thion  -  Voeux 2016


    votre commentaire
  • Parfois,
    la fatigue,
    de l'omniprésence,
    du machisme,
    ordinaire.


    votre commentaire
  • Un nouveau livre, Marcus, c'est une nouvelle vie qui commence. C'est aussi un moment de grand altruisme : vous offrez, à qui veut bien la découvrir, une partie de vous. Certains adoreront, d'autres détesteront. Certains feront de vous une vedette, d'autres vous mépriseront. Certains seront jaloux, d'autres intéressés. Ce n'est pas pour eux que vous écrivez, Marcus. Mais pour tous ceux qui, dans leur quotidien, auront passé un bon moment grâce à Marcus Goldman. Vous me direz que ce n'est pas grand-chose, et pourtant c'est déjà pas mal. Certains écrivains veulent changer la face du monde. Mais qui peut vraiment changer la face du monde ?

    Joël Dicker in La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert


    2 commentaires
  • Parfois,
    le silence.


    votre commentaire
  • Aujourd'hui j'ai vu Demain
    Mais demain je ne vais pas à Hyères


    votre commentaire
  • Le cercle est fermé
    Au-delà de nos pas
    Et l’arbre messager
    Se perd dans la brume
    Fragile le vol
    De l’oiseau revient
    Étourdi de ce que
    Nous n’avons pas vu

    Cécile Oumhani
    (Terre à ciel)


    votre commentaire
  • 01/01/16

    Je nous souhaite 2016 douce et bien aise


    votre commentaire
  • Passer à autre chose


    votre commentaire
  • (Une vie tient dans)

    88 cartons (2 fois l'infini) et quelques meubles
    6 déménageurs joyeux et débonnaires


    votre commentaire
  • A la grâce du ciel


    votre commentaire
  • Il n'y a de constant que le changement
    (Bouddha)

    La maison qu'un Viking a bâtie pour ses beaux yeux,
    le terrain d'enfance des hommes qu'elle a mis au monde,
    les souvenirs de l'amour à s'en briser le cœur,
    les poésies de l'instant,
    la lune à travers la porte fenêtre,
    une dernière nuit.
    L'aube givrée sur la prairie,
    une dernière fois.


    2 commentaires
  • Atelier d'écriture

    Tourner une page
    c'est ranger sa vie dans des cartons
    c'est aussi mettre à jour ses priorités
    c'est encore lâcher prise
    c'est enfin s'aventurer, avancer, donc grandir


    votre commentaire
  • mais le coeur y est


    votre commentaire
  • Paroles de solstice
    La lumière : le retour

    Développer en soi-même la capacité à trouver son chemin dans les ténèbres,
    sans compagnon, carte ou guide

    Nous sommes des trapézistes
    donner à chaque pas toute notre attention.

    (Tarot Osho)


    votre commentaire
  • -Rien à faire, c'est le message qui n'est pas clair.
    -…
    -Aimez-vous les uns les autres !, c'est pas clair ! Les sentiments, ce n'est jamais clair.
    -…
    - D'ailleurs il y en a qui ont cru que cela voulait dire "Baisez-vous les uns les autres !". Tu vois, c'est pas clair !
    -…
    -Mettez vous à la place les uns des autres !, eut été plus productif non ?
    -…
    - Qu'en dis-tu ?
    - … que je n'aimerais pas être à la tienne… de place…


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique