• Même l'hiver
    des décrets officiels
    n'a rien à faire

     


    votre commentaire
  • Les remous de ce qui reste
    Aussi loin que mènera le Voyage
    Seront toujours sur nos nuques
    Tel un souffle

    Invitation à regarder le lointain
    Depuis le point de vue du temps

    (Christophe Bregaint in Route de nuit)


    votre commentaire
  • - Tu savais que la fenêtre logo de Windows représente les quatre saisons ?
    -…
    - Tu crois qu'il y a un accord Vivaldi/Microsoft ?
    -…
    - Ou peut-être Dieu/Vivaldi /Microsoft ?
    -…
    - et Pizza Hut…


    1 commentaire
  • Le monde nouveau est poéthique


    votre commentaire
  • - Ma vie n'est pas aussi virtuelle qu'on le dit.
    -…
    - C'est vrai qu'elle n'est pas non plus aussi éternelle qu'on le croit.
    -…
    - Et toi, la tienne ?
    - Ça va.


    votre commentaire
  • Au turbin

    Retranscrire un règlement de copropriété,
    saisir matière à poésie
    dans les formules des notaires
    - La date de l'entrée en jouissance.


    3 commentaires
  • Nouvelles de la base arrière

    Nous témoignons des temps incroyables,
    nous quittons une sorte de Moyen Age,
    nous vivons cash le passage vers un monde nouveau.
    En quelques années tout est différent :
    la technologie, la physique, l'esprit, l'environnement,
    la vitesse à laquelle nous nous adaptons.
    Le challenge semble être l'éradication de la bêtise humaine,
    à noter l'ampleur de la tâche
    n'en inclut pas le désespoir
    sinon rien ne changerait jamais
    et le contraire est prouvé.
    Commençons à la maison.


    votre commentaire
  • Souplesse

    C’est comme une danse qui s’agite en nous
    avec dans nos poches quelques pages
    et sous les yeux sculptés à travers le monde
    l’ombre à peau pierre
    Rimbaud au fond d’une sablière.

    C’est comme une portière qui claque dans un cœur
    et sur mon corps élastique rose
    mille à l’heure dans le soir ouvrant boutique
    ces lampions éphémères, trous de lumières
    phares par dizaines qui rentrent sous terre dans les abris.

    C’est comme un volant fou qui nous conduit
    une danse en nous qui m’allonge élastique rose
    jusqu’à toucher le rêve déplié
    à mille à l’heure allongée... Étirée,
    je serre les dents et le cœur pour ne pas claquer.

    Et si je claque tant pis j’ai connu la vie en rose.

    (Mireille Disdero in Ecrits sans papiers)


    2 commentaires
  • Quelqu'un sait si Jacques Nikonoff est célibataire ?
    C'est pour une amie.


    votre commentaire
  • Nouvelles du front

    S'inoculer le choléra pour échapper à la peste ?
    Vraiment ?


    votre commentaire
  • Se garder

    Chacun invente une explication
    une hypothèse peaufinée au fil des années
    ni plus ni moins possible qu'une autre
    qui devient certitude
    qui devient métal ou bois
    matière de béquille
    couverte de pansements
    semblables à des étiquettes de voyages
    sur la queue d'une comète

    Ne jamais perdre de vue que tout cela
    peut n'avoir aucun sens


    votre commentaire
  • -J'aimerais franchement me séparer de Paul Emploi, je crois que j'ai trouvé comment faire : je m'installe comme consultante en poésie !
    -…
    -On peut en avoir besoin, non ?
    -…
    -…prix libre.


    2 commentaires
  • De près ou de loin
    il s'agit de revenir,
    ne plus être la même,

    revenir sur ses pas
    prendre son élan pour le suivant
    juste un peu plus loin,
    ou plus près,
    c'est selon,
    et pareil.


    1 commentaire
  • Je me vis comme une
    Entaille dessinée à même
    La terre l'eau les feuilles

    A l'horizon je
    M'efface trait après trait je
    M'efface doucement

    Prendre comprendre garder
    Regarder bien au-delà
    Se voir dedans

    (Jacques Cauda)

    Via 17 secondes


    votre commentaire
  • Concept à l'étude

    La relativité de l'absolu


    votre commentaire
  • Elle se sent parfois en roue libre arbitre,
    c'est-à-dire dans une équanimité résolue face à des choix
    qui sont sans faute les bons puisqu'ils ne l'amènent,
    quels que soient les détours,
    jamais à autre chose,
    qu'à elle-même.


    votre commentaire
  • Cop21

    150 chefs d'état,
    environ 10 femmes et 140 hommes.
    On a un souci, non ?


    votre commentaire
  • Si j'ai bien compris la leçon, l'évolution serait de passer d'une humanité dans le mental à une humanité intuitive.
    Je le sens bien.


    votre commentaire
  • La Merditude des Choses de Felix Van Groeningen


    votre commentaire
  • Vous êtes ici

    Assigner à résidence des opposants pacifiques à la politique en vigueur,
    cela se nomme,
    ou pas.

    Une dictature est un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu'aucune loi ou institution ne les limite.
    La dictature est donc synonyme de régime autoritaire.
    L'origine du terme remonte à la Rome antique, où la dictature était un état de la République romaine où un magistrat (le dictateur) se voyait confier de manière temporaire et légale les pleins pouvoirs en cas de troubles graves.

    (Wikipédia)


    votre commentaire
  • Soyons clairs

    L'activité poétique est en soi un engagement politique


    votre commentaire
  • Je me suis fumé le cerveau au bois de être

    (Le Chercheur après la sardinade (et la cigarette digestive))


    votre commentaire
  • Je dis ça je dis rien

    Ne serait-ce pas plutôt la conscience
    l'état d'urgence ?

    Un seuil symbolique est franchi : depuis l'ère préindustrielle, la planète s'est réchauffée
    de 1 °C. C'est peu, sauf si on se souvient de la différence, pour nous, entre 37 °C et 38 °C.
    ( Hervé Le Tellier)


    votre commentaire
  • Nous sommes une somme de paradoxes

    Je me félicite de mon audace mais n'en mène pas large

     


    votre commentaire
  • Dans le coup de semonce de l'hiver
    et les cœurs attristés
    cueillir les cristaux de lumière
    que le gel a semé


    votre commentaire
  • Le samedi soir

    Vous vous êtes vus tout de suite, c'est instinctif. Le corps sent l'autre corps, c'est chimique.
    Au premier regard, aussi furtif soit-il, vous savez tous les deux.
    Non pas par la raison, ni même la pensée, cela passe par la peau, par un champ invisible.
    Vous savez, tout en l'ignorant encore.

    Ensuite c'est le ballet, le pas de deux, vous jouez les indifférents.
    Tu parles à tout le monde, jusqu'à ce que la foule, et son égal instinct, vous guident l'un vers l'autre.

    Vous passerez des heures, à rire simplement et à vous reconnaître.
    Sentir dans un geste, que les corps se feraient une fête.
    Vous le savez, mais l'ignorez.

    Puis doit se décider la tournure de la nuit.

    L'instant où il mentionne, comme par inadvertance, dans la conversation, le prénom d'une femme.
    Chacun devient pour l'autre l'un de ces passants dont on fait des chansons.
    Le chapitre se clôt sur ta bonne figure.


    4 commentaires
  • Les gens de la vie pénultième se rassemblent tu vois
    avec le serment pressant de ceux qui passent leur vie
    sans la perdre, du moins pas totalement. Sur l’esplanade

    rassemblés au hasard, ils recommençaient le décompte : qui arrive
    qui est arrivé ou est déjà parti. Ceux qui recommencent et ceux qui quittent
    les gradins pour les flots, en rang un par un faites-moi passer

    disaient-ils. Même couler c’est finir plus haut que le fond…

    (Ndyaye, 18 ans, Sénégal)

    via Ce qui reste


    votre commentaire
  • Brève de comptoir

    Le péché c'est sacré

     


    2 commentaires
  • Peace and Love and Unity

    Nous avons failli être la première génération
    à éviter de connaître en direct
    la violence de leurs guerres


    votre commentaire