• La consternation du 17 avril 2015

    (mais l'amour ?)

    Il a plu cette nuit, une pluie sale.
    Dans l'après-midi, je suis chauffeur de Rocky, momentanément handicapé,
    je l'emmène à un rendez-vous médical - nous sommes juste dans les temps.
    Je ne vois presque rien à travers le pare-brise, à cause de la pluie sale.
    Je m'arrête à la sortie de Tuisper, à une centrale de lavage pour bagnoles, des boxes où chacun bichonne sa carte de visite, j'ai dans l'idée de mettre un jeton et un coup d'eau rapide sur mon pare-brise.
    Mais aucun boxe n'est libre, et il y a plusieurs voitures qui attendent devant chacun d'eux.
    Rocky me suggère de m'avancer et de demander à quelqu'un.
    Dans le premier boxe, un vieil ours nous dit fermement non, se renfrogne, se ferme.
    Dans le deuxième, le type nous tourne le dos avec ostentation.
    Dans le troisième, le jeune homme hésite, râle, grogne, fronce les sourcils,
    mais finit par envoyer un jet d'eau qui nettoie mon pare-brise.
    Rocky et moi, muets, sur la route, avec vue, prenons la mesure du vieux monde.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :