• De Paname, le 5 juillet 2015

    Mon cher Coloc Bingo,

    Quelque chose fomente
    tous espérons l'orage
    la chaleur étouffe chaque geste
    même la nuit cherche son souffle
    la sueur au front
    répandu
    chacun attend le moment
    de se rassembler à nouveau
    dans la fraîcheur de la pluie
    Du balcon, nous regardons
    l'effondrement du vieux monde
    nous demandant comment l'on dit avoir des couilles en grec.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

     

    Episode 38

    Epilogue

    C'est maintenant vendredi, vendredi 13, le 13 février 1976, la veille de mon anniversaire.

    Nous sommes réunis autour d'une grande table chez des amis de Mina à la campagne. Je sens la fatigue de la longue nuit à jouer au poker, les quelques heures de sommeil n'ont pas apaisé les émotions de ces deux jours passés.
    Une bougie est allumée à la mémoire de Franz. 

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

     

    Episode 37

    La carte cachée


    Rachid, de loin le plus dangereux, reste un mystère pour moi. Il me piège avec une quinte alors que je sors un beau brelan de sept. Si je n'ai pas tout perdu c'est uniquement parce que j’ai écouté ma petite voix - et celle de Min a.
    - Ce n'est pas seulement la raison qui a raison, essaye d'entendre ta petite voix.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Episode 36

    Quelle heure est-il au Bhoutan ?


    J’ai cru à une blague quand le couple est arrivé, on aurait dit Anne-Aymone et Giscard - en plus jeunes. Lui, long et sec, un léger cheveu sur la langue et un début de calvitie; elle, petite, brune, portant un tailleur rose et un air absent.
    Rachid s'acquitte des présentations sans se préoccuper de la galaxie séparant ces deux grands bourgeois venus s'encanailler de Mina et moi, avec nos cheveux en désordre, nos bijoux sans valeur. Rachid et Simon se montrent à l'aise, mais dès que la partie commence je comprends que le couple présidentiel fait office de figurants.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Episode 35

    La force requise

    Je me sens prête à tout affronter quand arrive l'heure de mon grand soir. Mina porte sa robe en velours vert, reine moyenâgeuse, et des bijoux d'argent. Plantée devant la garde-robe j’admire les couleurs, les tissus, songe à mes amis ailleurs, de qui me rappellerai-je ? De Marie-Christine, Françoise, Martine, Isabelle, Chantal, Sylvie, Rémy ?
    Vous les copains je ne vous oublierai jamais ? Comment le savoir ?
    En hommage, j'opte pour une tenue de collégienne, un jean et une tunique blanche que j’agrémente quand même d'un boa violet presque noir. Mina ajoute un pendentif en étoile – il me portera chance dit-elle.
    Je sors le chapeau cloche que j’avais du cacher, car ma mère l'aurait jeté à la poubelle, cela aurait été plus fort qu'elle, ça se voyait à la façon dont elle le regardait. Me voilà parée, jolie, et je pourrai courir s'il le faut.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 34

    La poésie de Mina


    La journée s'écoule doucement, Mina propose une balade au square. J’ose enfin lui poser la question et Mina raconte la vie de Colette, pas ma tante : l'écrivain. J’ai presque crié :
    - Voilà ! C'est ça que je veux ! Une vie comme un roman !
    En nous promenant dans les allées enneigées Mina me donne ses derniers conseils pour le soir. J’essaye de rendre mon regard aussi profond que le sien :
    - Je gagnerai ce billet d'avion parce que ça ne peut pas être autrement.
    - Je n'en doute pas.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 33

    Le nom de Franz (2)

    Nous avons peu dormi mais serrés les uns contre les autres. Les bougies ont tenu toute la nuit. Le matin est d'une indécente luminosité.
    Nous avons décidé d'aller dire au revoir à Franz.
    Mina et moi sommes les dernières à sortir, Mina s'arrête dans la cour et lève la tête
    - Tu ne sens rien ?
    Je regarde le ciel, je reconnais cette lumière.
    - Il va neiger !
    - Tu remontes vite chercher les paillettes ?

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 32

    Le nom de Franz


    Il est décidé que nous restions là pour l'instant, en attendant Coco. Nous sortirons plus tard assister à un concert dans un bar.
    Nous parlons de l'amour, le sujet de conversation le plus passionnant que je connaisse. Chacune a sa théorie.
    - L'amour c'est un instant magique.
    - C'est un choix.
    - C'est un vase communicant.
    - C'est une compatibilité de pathologies.
    - C'est le meilleur.
    - C'est le bordel.
    - C'est le meilleur bordel.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 31

    Changement de programme (2)

     

    Elles tiennent à ce que je raconte mon exil, dans ce sens là je trouve les mots :
    - Ma mère pleure en faisant la vaisselle et mon père aboie sur elle, moi j'attends que la caravane passe …
    Elles aiment beaucoup la copine de Catherine et son délire sur les prénoms, elles étudient la question:
    - Je dirais que les Coco sont de drôles d'oiseaux.
    - Que les Marc sont aimables.
    - Les Patrick sympathiques.
    - Les Francis rebelles.
    - Les François dangereux.
    - Les Jean-François amoureux.
    - Les Franz perdus…
    Elles ne savent pas non plus pour les Bertrand.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 30

    Changement de programme


    Passeport et étrennes en poche, il ne me restait plus qu'à organiser l'évasion et surtout trouver le courage, en connaissance de cause, de leur faire tant de mal.
    Il y avait un disque, rayé à force, qui me donnait de la puissance, Lavilliers et ses barbares venaient à sa rescousse : N'appartiens jamais à personne… Et puis, pour que disparaissent mes ultimes doutes, il me suffisait de penser à la vie auprès de Mina. Chez mes parents chaque jour était identique, chez Mina c'était toujours une surprise. Pour une fois je sais ce que je veux.
    Pour gagner du temps, j’ai dit que je dormais chez Catherine où j’avais caché mon sac. Je laisse ma chambre propre et rangée et une dernière question : que vont-ils faire de cette pièce mauve, une autre chambre pour des amis fantômes ?
    Je ne laisse pas de lettre, je n'ai rien trouvé à dire.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 29

    L'étoile du berger

     

    6 janvier. Comme les rois mages en Galilée…

    La tournée est terminée, tous les vœux sont bien souhaités, l'année peut enfin commencer. Je regarde mon passeport, il me donne le vertige. J’ai même l'autorisation de sortie du territoire, j’ai réussi à faire croire que la réunion avec la prof d'anglais était reportée en février. Cette pauvre prof qui a attrapé toutes les maladies de l'hiver, incapable d'assurer cette réunion tant attendue ! C'est un phénomène étrange, ils savent que je mens, dans l'intimité de leur conscience ils savent, mais ils ne veulent pas le voir. Ce serait beaucoup trop compliqué, il faudrait se poser des questions, réagir, prendre des décisions. Ils croient que l'ignorance est plus confortable, je suis persuadée qu'ils se trompent. Enfin pas tout à fait, bien sûr que l’ignorance est plus confortable mais pour moi ce n’est pas le bon chemin

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 28

    Les filles comme moi

     

    Je laisse passer la trêve de Noël. Il paraît que l'intérêt des adultes pour le rituel de Noël dépend de ce qu'ils ont vécu dans leur enfance, alors ça m'étonnerait que je me mette à aimer Noël un jour. Je n'ai jamais vu si triste ni si hypocrite cérémonie que les Noëls dans ma famille. Enfin, chez mes parents, je n’ai pas souvenir que nous ayons été plus de trois à ce repas morbide.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 27

    Elève intelligente (2)

     

    Décembre
    Des cendres
    Descendre

    Je suis bien consciente que c'est l'hôpital qui se fout de la charité mais je ne supporte plus de voir ma mère chialer. J’ai toujours vu ma mère pleurer en silence. Souvent quand elle fait la vaisselle, à se demander si c'est l'activité la plus triste qu'elle connaisse ou si elle est allergique au produit. Je sais depuis toute petite que ma mère pleure et je me demande pourquoi les adultes oublient qu'on ne peut rien cacher aux enfants. Elle est là, devant l'évier, et à sa façon de se tenir, de pencher sa tête sous un certain angle, je sais qu’elle pleure. Je n'ai jamais vu mon père pleurer mais je ne l'ai jamais vu non plus faire la vaisselle.
    Lui il gueule, c'est ce qu'il sait faire, il ne crie même pas, il gueule comme un chien, comme si nous étions une famille de chiens, il aboie. Bien loin du monde du manège enchanté.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 26

    Elève inteligente

     

    8 novembre. Plus d'un million de chômeurs.
    Et combien de rêveurs ?

    Je reviens d'une fête chez une amie de Catherine, je suis sortie avec Louis, nous avons rendez-vous demain. Malgré ses cheveux longs et son jean à pattes d'éléphant il reste un fils-à-papa, comme tous ceux qui jouent aux révolutionnaires au lycée, qui se défoncent et délirent le samedi soir mais ne manqueraient surtout pas le déjeuner dominical chez la grand-mère dont ils hériteront un jour ou l'autre. Et pour qui la plus grande aventure consiste à aller passer l'été dans la piscine d'un correspondant allemand.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 25

    Sortie de territoire

     

    4 octobre. Les chômeurs défilent, occupent des usines, s'appellent camarades.

    Et font gueuler mon père contre ces cocos qui ne respectent rien. Chaque année un couple d'hirondelles construit son nid sous le chéneau juste au dessus de la fenêtre de ma chambre. Toutes les hirondelles du pays posent, en file indienne, sur les fils électriques de l'autre côté de la rue. Les miennes et leurs petits rejoignent le tableau.
    Ma mère est entrée dans la chambre, elle regarde leur départ avec moi.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 24

    Pitié ! (2)

     

    3 septembre. Indépendance de la Papouasie.
    Que vivent les papous !

    Je n’ai jamais vécu une rentrée aussi nulle. Tous mes amis sont au lycée, je me retrouve avec des nains de dix ans d'âge mental. Les profs me traitent comme une gamine et le principal comme si j’étais malade. Un des pions est joli mais c'est bien mince pour tenir une année.
    Tout le monde me regarde sans oser m'approcher. Alors je me la joue à la Mina, reconversion de ma garde-robe locale en froufrous et colifichets. En jeans tout de même, j’ai retenu la leçon. Je passe les soirées avec Catherine à broder ou rapiécer nos jeans, à nous fabriquer des bijoux. Cela ne va pas suffire.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 23

    Pitié !

     

    Le mois d'Août
    Le moi doute

    Le retour à la maison n'est pas glorieux.
    Nos parents remarquent nos traits tirés et ma pâleur, nous n’avons plus le droit de nous voir. Nous passons outre.

    Cela fait une semaine que j’ai mes règles, mal au ventre, des migraines, des nausées, le sentiment que ma vie se vide de toutes ses humeurs.
    J’ai vécu plus d'émotions en trois jours ailleurs qu'en deux mois chez mes parents. Je me fiche de ce qu'ils disent, je reviens de si loin.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

     

    Épisode précédent

    Tous les épisodes

    Épisode 22

    Dessous de table

     

        J’ai pris des champignons, mes premiers champignons. Les autres m’ont dit de faire attention mais je ne sens rien. Catherine, pas très rassurée, en a juste mangé quelques uns. Moi je n’ai pas peur, j’en ai pris une bonne dose, de toute façon cela n'a pas l'air de me faire grand-chose.
    J’adore cette maison et tous les gens qui y habitent.
    Marc ressemble à Bertrand, et en plus il est déjà allé au Bhoutan, son frère Pierre revient du Mali, Dominique veut aller vivre en Inde. Et moi, mon plus grand voyage c'est la mer, est-ce que c'est juste ?
    La vie me semble si simple, magique et infiniment colorée. Dommage que ces champignons ne me fassent aucun effet. J’aperçois des lutins dans le jardin, et cours leur parler. J’adore cette maison, tous les gens qui y habitent et leur merveilleux jardin.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES ANGES ONT PARFOIS DES NOMS DE TRAIN

    Hélène Dassavray

     

    Tous les épisodes

    Épisode précédent

    Episode 21

    Sur la route (2)

    La voiture s'arrête dès que nous tendons le pouce, un beauf dans une R10. Une caricature, grosse et suante, qui ne donne pas envie de monter mais va dans la bonne direction.
    J’écoute d'une oreille distraite le type raconter sa vie, Catherine, seule à l'arrière, regarde le paysage. L'air déjà moite de l'habitacle s'épaissit quand il commence à expliquer que sa femme enceinte refuse de baiser et embraye sur les besoins des hommes.
    Je jette un œil à Catherine, elle n'a rien entendu.
    Le type conduit d'une main et se tripote la braguette de l'autre, je fais semblant de ne pas m'en apercevoir. Je calcule les kilomètres, nous avançons.
    Jusqu'à ce que cela tourne mal.
    - Ouvre la boîte à gants !
    - Pourquoi ?
    - Tu verras, ouvre je te dis !

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique