• Nourriture

    S'il fallait attendre, je serais là sans que rien autour ne vienne éteindre ni les heures, ni la nuit, ni les rires épais, ni les lumières qui clignotent le soir, ni même les étourneaux qui, d'un seul élan, emportent tout sans égard, ni même l'attente d'une absence, la même encore qui se languit.
    Je n'attendrais que pour le plaisir d'attendre. Et s'il fallait ne pas attendre je serais là encore, ton parfum dans l'air.

    (Isabelle Bonat-Luciani in Quand bien même)


  • Commentaires

    1
    helene
    Jeudi 2 Novembre à 08:00

    ...merci** ***

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :