• 69

    je suis aussi
    cette femme sauvage
    l'épouse d'humeur terreuse
    trempée de ciel
    aux doigts racines
    aux jambes ailées
    agitée de geysers
    et de séismes

    mais chut
    n'en dites rien
    si je
    déborde un peu

    ( Florence Noël in L'Etrangère (via Estelle Fenzy))


    votre commentaire
  • 68

    Tout de même, il faut beaucoup d'orgueil pour être artiste sans le sou.


    1 commentaire
  • 66

    Parfois, mes rêves me dépassent par leur simplicité.


    votre commentaire
  • 55

    RETOUR AU PAYS

    Il fait juste le temps qu’il faut.
    La nuit est telle que je l’avais laissée
    Les lueurs sont les mêmes,
    Les ombres.
    Je reconnais chaque rue, chaque brique.
    Tout est si familier…
    Cet endroit n’est pas si mal en fait.
    Pas plus factice,
    Pas plus onirique que bien d’autres.
    Pas meilleur, non,
    Mais pas pire.
    Peut-être pas ce havre de paix qu’on aurait voulu,
    Ce lieu de repos auquel on aspire,
    Mais pas si mal…
    Pas pire.

    (Laurent Samié in Traction Brabant)


    votre commentaire
  • 52

    J'étais là, j'ai tout vu,
    il a neigé entre 8h32 et 8h54,
    ensuite, le soleil.


    votre commentaire
  • Nous sommes partis le matin, il a plu pendant les 603 kms.
    Nous avons traversé un tunnel gris, battu par la pluie et la neige.
    Nous ne retrouverons le soleil qu'au retour.
    Entre temps, nous aurons traîné dans une maison chaleureuse, fait des confidences aux amis, joui de l'instant et de son harmonie, marché dans les rues de la ville sous crachin, visité la campagne dans la brume, bu la gentiane avec tante Madeleine.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 25

    Goupil traverse serein -
    en petites foulées.
    Croiser un renard
    sur le Chemin des Lièvres
    ne s'invente pas.


    votre commentaire
  • - Tu rigoles ?
    - Oui, je rigole. Mais je ne plaisante pas.


    votre commentaire
  • Parfois, plénitude solitaire
    & solitude planétaire.


    votre commentaire
  • Elle avait oublié,
    ces cicatrices à ses poignets,
    ils sont loin ses quatorze ans,
    elle a eu le temps de devenir beaucoup une autre,
    en même temps si près -
    leur innocence lui monte aux yeux.


    votre commentaire
  • - C'est étonnant comme c'est horrible de n'avoir rien envie de faire,
     et un tel plaisir d'avoir envie de ne rien faire...

    (Jacques 21h34)


    votre commentaire
  • - Quelle heure est-il mon ange ?
    - 20h20, tu sais bien.


    votre commentaire
  • - Allez Chouchou, je crois en toi, tu es forte, tu peux surmonter ça : la pleine lune, les hormones… !


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • […] comme si le monde lui-même était une séquence animée de désir et de jalousie, de haine de soi et de grandiloquence, d'échecs et de succès, une boucle étrange et infinie, que vous ne pouviez pas vous empêcher de regarder car, malgré tout ce que vous saviez maintenant, c'était toujours très intéressant.

    (Meg Wolitzer in Les intéressants)


    votre commentaire
  • Dans la saveur du raisin,
    les matins frais au ciel rose,
    les fêtes des vendanges,
    la saison qui change.


    votre commentaire
  • Les pattes de mouche,
    les grattements de la plume ou de la mine,
    le glissement de la bille,
    les ratures – surtout les ratures,
    écrire n'est plus ce mouvement.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • A minuit,
    au milieu de la bande blanche de la rue de la ville,
    une oie -
    incongrue et immobile.


    votre commentaire
  • Quand nous serons grandes nous serons des baleines à bosse,
    pour rire doublement,
    comme des baleines,
    et comme des bossues.


    1 commentaire
  • Art

    Le plus dur c'est de faire simple.

    (Alain Ducasse)


    votre commentaire
  • Souvent une odeur
    ou une ambiance,
    un mot parfois,
    tout un univers alors surgit de la boîte noire,
    le temps soudain déserté,
    sa propre vie de dehors et de dedans,
    une étoile, une poussière,
    un éclat de rire.


    votre commentaire
  • Dans la douleur, la joie, ou le fatalisme,
    parfois aller plus loin que soi.
    En revenir agrandie.


    votre commentaire
  • La première est pour les points forts,
    la seconde pour ce qui entrave,
    tu souris à toi-même
    en inscrivant ton idéalisme
    dans la bonne colonne.


    1 commentaire
  • Zoo

    Des cigales dans le pin,
    une sauterelle dans la nuit,
    un papillon sur la main,
    un criquet dans mes habits,
    un oiseau entre les pattes du chat.


    votre commentaire
  • Sur les routes étroites du Royaume,
    nous croisons d'énormes SUV rutilants,
    des décapotables à foison -
    avec ou sans blondes dedans,
    la voiture de James Dean, celle de James Bond,
    des grosses autos avec chauffeur et vitres teintées.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Fip

    Mink De Ville à la radio,
    les souvenirs entre les riffs.
    Nous étions romantiques,
    et comme assoiffés.
    De tout.


    votre commentaire
  • En rafales de rafales
    le vent entre dans le ventre
    du temps.


    votre commentaire
  • L'amour réveille les blessures,
    creuse dans la soupente,
    éclaircit l'opaque,
    ouvre les bras.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Sur le bord de la route,
    l'ancien à la peau d'indien,
    une houe sur l'épaule.

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique