• Je vis depuis des années dans un pays en paix, où chaque ville possède tant de bibliothèques que plus personne ne les remarque. Un pays comme une impasse, où les bruits de la guerre et la fureur du monde nous parviennent de loin.

    (Gaël Faye in Petit pays)


    votre commentaire
  • Elle est à son bureau, et dans une vaine tentative d'écrire –
    depuis quelques temps elle est vide,
    ne voit même pas comment le dire autrement.


    votre commentaire
  • Un jour, l'amour te fait une proposition que tu ne peux pas refuser.


    votre commentaire
  • Le froid entre par le moindre interstice de la caravane,
    il a congelé l'eau sur la table pendant la nuit.
    Elle songe à ceux qui n'ont aucun refuge.
    Voudrait ouvrir grand les bras,
    puis se rendort –
    comme presque tous les autres.


    votre commentaire
  • - Tu connais l'auteur de ton livre ?
    - Non, je n'ai pas mesuré !

     


    1 commentaire
  • C'est le bruit qui a donné l'alerte,
    s'il avait voulu le feu aurait pu tout manger,
    si tu avais dormi, il te mangeait aussi.

    Ensuite, on entend partout des craquements de branches qui brûlent,
    et l'odeur en persiste.


    votre commentaire
  • C'est mondial, on soulève les tapis, on déloge ce qu'on avait caché dessous,
    faut croire qu'il revient toujours aux femmes de faire le ménage.


    votre commentaire
  • Aube dorée
    soleil d'hiver
    à l'orée du jour


    votre commentaire
  • Quoi que tu fasses
    avec du bord les moyens
    toujours ce sera


    votre commentaire
  • Ce papillon
    Voltige-t-il ou titube-t-il ?
    Est-ce notre sang ou nos larmes ?
    Ce qui cogne les mâts sur tes forts sourds
    Est-ce un drapeau
    Ou l'âme d'un enfant ?
    Ces tentes sont-elles des linceuls ?
    Ou nos cœurs battant sur une terre nue ?
    Est-ce la Syrie
    Ou
    La mère du martyr ?

    (Hala Mohammad in Ce peu de vie)


    votre commentaire
  • Rose et bleu
    le ciel du soir
    en équilibre


    votre commentaire
  • Quand elle sera chef du monde,
    elle en éradiquera le pire fléau,
    le débusquera dans les moindres recoins,
    le terrassera avec tous les moyens à sa disposition.
    Feue l'ignorance, scanderont les foules en liesse.


    votre commentaire
  • Dans l'inclusion en question,
    se souvenir que le mot poète est épicène.


    votre commentaire
  • C'est tout de même la jungle.
    Il faut le savoir.


    votre commentaire
  • Beaujolais nouveau et rock'n roll,
    on danse au bar, certains dessus.


    votre commentaire
  • - L'athlète serein est-il d'un calme olympique ?


    votre commentaire
  • Tous nos petits arrangements,
    toutes nos humaines lâchetés,
    toutes nos légères entorses morales,
    tous nos jours en creux de vague,
    c'est étonnant comme nous les refusons
    aux riches et aux puissants.


    votre commentaire
  • Tri

    Tomber sur une note d'avant :

    Comment un jour s'abandonner à nouveau à l'intime ?

    (fastoche, un jour, c'est là, (ou pas), c'est tout)


    votre commentaire
  • Assister à une brève cérémonie officielle sous un soleil bienveillant
    Partager l'apéritif qui le suit avec les chasseurs du village
    Prendre le thé en devisant des sciences de l'éducation
    Entendre Eye of The Tiger au banjo


    votre commentaire
  • Se réserver toujours des moments de solitude,
    non pas pour fuir les autres,
    mais pour suivre le fil de soi.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Tous ces mots,
    tombés pour la France.


    votre commentaire
  • A cause du matin,
    du ricochet de l'aube,
    de l'air chafouin de l'air,
    parce qu'au début du jour,
    rien ne ressemble à rien.


    votre commentaire
  • Quel bazar l'être humain !

    (Arno)


    votre commentaire
  • L'or du coucher de soleil
    te déniche dans l'abri,
    les ombres d'arbres chinoises
    dansent sans rompre -
    percluses de lumière.


    votre commentaire
  • Il se comportait comme Léon Tolstoï qui, lorsque Rilke lui dit qu'il devait écrire, déclara : "Alors écris, pour l'amour de Dieu !" Faulkner se montra encore plus pervers. Quand on lui demanda de quoi un écrivain avait besoin, il répondit : "De papier et d'un crayon." Autrement dit, trouve toi-même, il n'y a pas de raccourcis. Il faut y consacrer ta vie entière.

    (Jim Harrison in Le vieux saltimbanque)


    votre commentaire
  • Le vent balaie
    devant ta porte
    les feuilles mortes


    votre commentaire
  • Parfois, le prochain livre tourne autour,
    vire à l'intérieur.
    Ne pas baisser la garde.
    Pas tout de suite.


    votre commentaire
  • La parole que les femmes expirent de leurs entrailles,
    respire le monde nouveau,
    inspire le respect.


    votre commentaire
  • Plans et devis,
    planifier et deviser,
    penser à tout,
    sauf à tout autre chose.


    votre commentaire
  • S'il fallait attendre, je serais là sans que rien autour ne vienne éteindre ni les heures, ni la nuit, ni les rires épais, ni les lumières qui clignotent le soir, ni même les étourneaux qui, d'un seul élan, emportent tout sans égard, ni même l'attente d'une absence, la même encore qui se languit.
    Je n'attendrais que pour le plaisir d'attendre. Et s'il fallait ne pas attendre je serais là encore, ton parfum dans l'air.

    (Isabelle Bonat-Luciani in Quand bien même)


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique